LES PARCS EN ETHIOPIE

Le parc national AWASH

Le parc national d’Awash protège une partie semi-aride du sol de la vallée du Rift, peuplée d’antilopes des régions arides, telles que le bel oryx de Beisa et le magnifique grand koudou à cornes en spirale.
Une liste de contrôle d’oiseaux de près de 500 espèces comprend l’outarde d’Arabie, le cerf-volant à queue d’hirondelle, le mangeur d’abeilles carmin, le rouleau abyssin et la sérine endémique à gorge jaune et le discours rocheux presque endémique. Parmi les sites les plus remarquables, citons le cratère spectaculaire du volcan Fantelle et le lac particulier Beseka, nichés au milieu de gravats noirs et volcaniques, à sa base, ainsi que la cascade surplombant la tête de la gorge Awash et un champ de sources chaudes bordées de palmiers régulièrement fréquentées par des baboun Hamadryas. 
Une visite au crépuscule à la grotte Aga Edu pourrait révéler quelques-unes des plus de 20 hyènes tachetées qui ont leurs tanières là-bas.

 

Le parc national des montagnes de BALE

Le parc national des monts Bale, point névralgique de la biodiversité en Éthiopie, abrite une riche mosaïque d’habitats de haute altitude, notamment une forêt luxuriante, des peuplements de bambous géants, des landes à l’ombre pastel et des vallées abritées bordées de forêts parfumées de genévriers et d’hagenia.
Nommé à titre de site du patrimoine mondial naturel de l’UNESCO en 2009, le parc est le fief le plus important de trois espèces de grands mammifères endémiques – le loup charismatique éthiopien, le beau nyala de montagne et le ravissant singe Bale – tandis que son incroyable avifaune est reflété par le African Birding Club l’ayant classé comme l’un des cinq points chauds d’observation d’oiseaux du continent.
La pièce maîtresse de Bale à haute altitude est le plateau Sanetti, un vaste plateau de lave parsemé de plusieurs cônes volcaniques de plus de 4 200 mètres.
Sanetti est la plus vaste lande afro-alpine au monde, composée de touffes de bruyère entrecoupées de ternes glacées et de lobelias.

Les versants nord situés en aval de Sanetti abritent un mélange de forêts de genévriers et d’hagenias et de prairies afro-montagnardes, tandis que les versants sud sont recouverts de bandes altitudinales d’Erica, de bambous et de forêts afro-montagnardes.
Les quelque 1300 espèces de plantes de Bale comprennent 160 espèces endémiques d’Éthiopie et 23 espèces uniques au parc.
Bale est le principal bastion mondial du loup éthiopien, un très beau canidé rouge et blanc souvent en train de trotter à travers la bruyère du plateau de Sanetti, où il se nourrit de rongeurs tels que le rat-taupe géant endémique.
Bale est le dernier bastion du nyala de montagne, une grande antilope à cornes en spirale, que l’on voit le plus souvent sur le court sentier qui traverse la forêt de genévriers-hagenia autour du siège du parc, à Dinsho. Parmi les autres mammifères souvent rencontrés à Dinsho, citons le phacochère, le reedbuck de Bohor et le bushbuck de Menelik.
La forêt de Harenna, au sud de Sanetti, abrite la plus grande variété variété de grands mammifères, notamment le remarquable porc géant de la forêt (le plus grand porc du monde) et le très localisé Bale singe, un endémique vulnérable dont la gamme minuscule est due à son régime alimentaire spécialisé en bambou. Bale est le meilleur endroit en Ethiopie pour observer les oiseaux endémiques. Six espèces endémiques nationales sont présentes, ainsi que 11 autres espèces partagées uniquement avec l’Érythrée, et plusieurs autres uniques à la Corne de l’Afrique. La forêt de genévriers-hagenia autour de Dinsho abrite des espèces forestières telles que le turaco à joues blanches, le perroquet jaune, l’inséparable à ailes noires et l’oiseau de chat d’Abyssin, tandis que les spécialités de haute altitude sur Sanetti comprennent la raie de Rouget, le francolin à poil ras et le daim noir et chat alpin. Bale héberge les seules populations nicheuses d’aigle royal, de tadornes à tête rouge et de craques à bec rouge nichées au sud du Sahara, soulignant ainsi les affiliations paléarctiques de la faune et de la flore éthiopiennes.

Bale est une excellente destination pour la randonnée et les randonnées à dos de mulet. Le sentier peu exigeant autour de Dinsho ou le sentier de bambou et de cascade d’une demi-journée dans la forêt de Harenna constituent un bon point de départ pour les randonneurs. Des sentiers plus longs en dehors de Dinsho, généralement au-dessus des 3000 m, prennent de deux à onze jours. Bale est étonnamment facile à explorer en voiture, avec des routes praticables en tout temps offrant un accès à la plupart de ses habitats les plus séduisants. En effet, une route praticable en tout temps sur le plateau de Sanetti jusqu’au sommet du mont Tulu, à 4 377 m, est la plus haute d’Afrique.

 

Le parc national de CHEBERA-CHURCHURA

Chebera-Churchura, l’un des joyaux les plus sous-estimés des montagnes occidentales, s’étend sur 1 215 km2 de jungle et de savane bien arrosée. C’est l’endroit le plus fiable d’Éthiopie pour observer les éléphants, qui peuvent être suivis à pied dans la forêt marécageuse de Maka avec l’aide d’experts en éclaireurs. On trouve aussi régulièrement des cochons de gibier et des cochons forestiers géants dans la forêt, tandis que la faune plus secrète comprend les buffles, les lions, les léopards et diverses antilopes. Des sentiers de randonnée mènent à quatre lacs de cratères couverts de lys avec d’abondants hippopotames, tandis qu’un beau camping sur la rivière Shoshuma, boisé, supporte le turaco à joues blanches, le calao à joues argentées, le martin-pêcheur à la moitié du collier, le barbe à deux dents et de nombreux singes. Parmi les autres attractions, vous trouverez un certain nombre de sources chaudes et les cascades jumelles sur le fleuve Bardo.

PARC NATIONAL GAMBELLA Le plus grand parc national d’Éthiopie s’étend sur 5 060 km2 d’État régional de Gambella, dans l’extrême-ouest. Il est bordé au nord par la rivière Baro, un large affluent du Nil Bleu navigable jusqu’à sa confluence avec le Nil Blanc à Khartoum. Le parc national Gambella est le plus attrayant entre mars et juin, lorsque la deuxième migration d’Antilopes en Afrique, estimée à 1,2 million de kob, passe du Soudan du Sud en Éthiopie. Elle constitue également un refuge pour la girafe de Nubie, une espèce en voie de disparition, localisée des antilopes telles que le lilwe du Nil, le hartebeest et le tiang de Lelwel, des populations reliques de lions, de léopards, de buffles et d’éléphants et le singe patas largement terrestre. Une liste de contrôle de 327 espèces d’oiseaux comprend la seule population d’Ethiopie composée de l’étrange cigogne à bec de papyrus et du paradis d’Uelle Whydah, ainsi que du pluvier égyptien, du tondeur africain et du délicieux petit mangeur d’abeilles vert. L’observation du gibier est meilleure autour de Matara, à 185 km à l’ouest du siège du parc, dans la ville de Gambella.

 

Le parc national de GAMBELLA

Chebera-Churchura, l’un des joyaux les plus sous-estimés des montagnes occidentales, s’étend sur 1 215 km2 de jungle et de savane bien arrosée. C’est l’endroit le plus fiable d’Éthiopie pour observer les éléphants, qui peuvent être suivis à pied dans la forêt marécageuse de Maka avec l’aide d’experts en éclaireurs. On trouve aussi régulièrement des cochons de gibier et des cochons forestiers géants dans la forêt, tandis que la faune plus secrète comprend les buffles, les lions, les léopards et diverses antilopes. Des sentiers de randonnée mènent à quatre lacs de cratères couverts de lys avec d’abondants hippopotames, tandis qu’un beau camping sur la rivière Shoshuma, boisé, supporte le turaco à joues blanches, le calao à joues argentées, le martin-pêcheur à la moitié du collier, le barbe à deux dents et de nombreux singes. Parmi les autres attractions, vous trouverez un certain nombre de sources chaudes et les cascades jumelles sur le fleuve Bardo.

Le parc national de Gambella, est le plus grand parc national d’Éthiopie s’étend sur 5 060 km2 d’État régional de Gambella, dans l’extrême-ouest. Il est bordé au nord par la rivière Baro, un large affluent du Nil Bleu navigable jusqu’à sa confluence avec le Nil Blanc à Khartoum. Le parc national Gambella est le plus attrayant entre mars et juin, lorsque la deuxième migration d’Antilopes en Afrique, estimée à 1,2 million de kob, passe du Soudan du Sud en Éthiopie. Elle constitue également un refuge pour la girafe de Nubie, une espèce en voie de disparition, localisée des antilopes telles que le lilwe du Nil, le hartebeest et le tiang de Lelwel, des populations reliques de lions, de léopards, de buffles et d’éléphants et le singe patas largement terrestre. Une liste de contrôle de 327 espèces d’oiseaux comprend la seule population d’Ethiopie composée de l’étrange cigogne à bec de papyrus et du paradis d’Uelle Whydah, ainsi que du pluvier égyptien, du tondeur africain et du délicieux petit mangeur d’abeilles vert. L’observation du gibier est meilleure autour de Matara, à 185 km à l’ouest du siège du parc, dans la ville de Gambella.

 

Le parc national de NECH SAR

Parmi les paysages extrêmement beaux et variés du parc national de Nech Sar, on trouve une bande dense de forêts d’eaux souterraines bordant la ville d’Arba Minch, les lacs jumeaux Chamo et Abaya, l’épineux maquis d’acacia du pont de Dieu montagneux qui les divise, ainsi que la grande étendue Nech Sar («White Grass») Plains. Une excursion populaire consiste en une excursion en bateau vers le marché aux crocodiles du lac Chamo, une étendue de plateaux bordés de roseaux peuplés de crocodiles véritablement gigantesques, ainsi que de quelques gousses d’hippopotames et de nombreux oiseaux aquatiques. Les singes sont fréquents dans la forêt souterraine, tandis que les promenades guidées dans les plaines de Nech Sar offrent une bonne chance de voir le zèbre de Burchell, la gazelle de Grant, le hartebeest de Swayne, le grand koudou et d’autres grands ongulés.

La vedette de la liste de vérification aviaire du parc, qui compte 275 espèces, est l’animé nocturne Nechisar, Caprimulgus solala, que beaucoup considèrent comme l’oiseau le plus rare au monde. Cela a été décrit pour la première fois en 1993 à la suite de la découverte d’une seule aile d’oiseau mort à Nech Sar un an auparavant. Cet oiseau vivant est resté invisible jusqu’en 2009, année où il a finalement été observé par une expédition ornithologique dans le parc.

 

Le parc national des montagnes de SIMIEN

Première destination de trekking et de randonnée en Ethiopie, le Parc national des montagnes du Simien, d’une superficie de 412 km2, a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979. L’UNESCO l’a alors qualifié de «l’un des paysages les plus spectaculaires au monde, avec ses pics déchiquetés et ses précipices abrupts m ”. Outre les paysages magnifiques et les possibilités de randonnée, les prairies afromontanes et les landes du haut Simiens forment également l’un des plus importants foyers de biodiversité d’Ethiopie, peuplé d’une richesse séduisante de plantes et d’animaux endémiques, notamment Walia ibex, le babouin gelada et le loup éthiopien. Le roc des monts Simien comprend un vaste et ancien dôme basaltique façonné en une série de pinacles et de contreforts déchiquetés par l’activité glaciaire et les précipitations. Plus d’une douzaine de sommets culminent à 4 000 m, dont le Ras Dejen (4 533 m), qui est la plus haute montagne d’Éthiopie. La végétation afromontane des montagnes du Simien comprend plus de 1 200 espèces de plantes, dont trois sont endémiques au parc national. Au-dessus de 3 700 m d’altitude, le type de végétation dominant est constitué de prairies ouvertes ponctuées de spectaculaires lobélias géants atteignant 10 m de haut. Les bruyères géantes et les autres plantes éricacées constituent le principal type de végétation entre les courbes de niveau de 3 000 et 3 700 m. Simien protège une sélection attrayante d’animaux sauvages endémiques. Il s’agit du dernier bastion de l’Impact à cornes Walia, la seule chèvre indigène d’Afrique subsaharienne. Les grandes troupes de babouin gelada sont indéniablement rendues visibles par la crinière de lion en forme de lion et la tache rouge à la poitrine en forme de cœur. Une population d’environ 50 loups d’Éthiopie est la deuxième plus grande population du monde après le parc national des monts Bale. Parmi les autres grands mammifères, on peut citer le babouin Anubis, le babouin Hamadryas, le singe à grivet, le bushbuck de Menelik, le klipspringer, le chacal, la hyène tachetée et le léopard. Le parc national des Monts-Simien est l’un des principaux sites d’observation des oiseaux du nord de l’Éthiopie. Il contient une liste de contrôle de 180 espèces comprenant cinq espèces endémiques d’Éthiopie et 12 espèces quasi-endémiques. Cependant, beaucoup diraient que la vraie star aviaire du Simien est le magnifique lammergeyer, un vautour épris de falaises avec une envergure de 2 mètres et le seul oiseau au monde doté d’un régime alimentaire spécialisé à base de moelle osseuse.

La meilleure façon d’explorer les montagnes du Simien est à pied ou à dos de mulet. Plusieurs options pour la nuit sont disponibles. Le sentier de 3 jours reliant Sankaber, Gich, Imet Gogo et Ayna Meda est recommandé aux personnes qui s’intéressent principalement à la faune endémique. Pour les plus fatals, l’ascension au sommet de Ras Dejen pourrait se faire sous la forme d’une randonnée de trois jours au départ de Chennek. Pour ceux qui ont peu de temps, il est possible de conduire de Debark à Chennek en direction est, en empruntant une route praticable en tout temps, et de sortir de la voiture pour de courtes promenades.

 

05 46 27 98 29

contact@safari-afrique.com

AFRIKA PEARL SAFARI ADVENTURE